NIVEAUX INFÉRIEURS

Niveau -1 - Zoo - Arène - 4km carré

Zoo de Xitragupten
Zoo de Xitragupten.

Ce niveau a une partie non négligeable de sa structure extérieure d'une très grande épaisseur pour contrer d'hypothétiques tentatives de sapes ou d'attaques de Chtoniens.
Contre les tremblements de terre, de nombreux et massifs élémentaires de terre serait emprisonnés à l'intérieur de cavités de la roche de ce niveau.

La majeur partie de cet étage est occupée par un immense Zoo, abritant plus d'un millier d'espèces de tout type et de toutes taille, allant de la chenille de Winda Goor, qui mesure 10cm, et est un des insectes au poison le plus dangereux, au sérapède une espèce de mille-pattes géant à la croissance exponentielle, celui présent dans le zoo mesurant 30 mètres de long et pesant plus de 10 tonnes.
De grandes volières abritent de nombreux oiseaux et créatures volantes, parmis les plus grosses se trouve une demi douzaine de Wyvern.
De nombreux aquariums accueillent jusqu'à des Épaulards.
Pour nourrir toutes ces créatures, des centaines de tonnes de fruits, légumes, quartiers de viandes et autres aliments sont nécessaires chaque jour, et sont fournis par les cultures et élevages des environs, notamment provenant de la "chaîne des champs de Covin", une immense zone d'agricultures et de pâturages s'étendant sur plusieurs dizaines de kilomètres de part et d'autre de la route qui part vers le pylône de Tuxedo-moon au nord-ouest.
Ce zoo sert aussi de boutique à familiers et est une des plus importante de Xitragupten.
Il s'étend sur plus de 10 kilomètres carré, et reproduit de nombreux biotopes pour ses pensionnaires, que ce soit les jungles chaudes et humides du nord, les déserts brûlants du sud-ouest, la toundra glacé du nord-est, tous ces paysages artificiels en font un des lieu de loisirs parmis les plus populaire du pylône.
Beaucoup de cultistes de la mère des choses, de Betzaran et d'Equus prennent en charge une grande partie de la maintenance du lieu.
La très populaire auberge LE CHAOS MA TOUCHÉ DU DOIGT - 3* se trouve à ce niveau et compte 200 chambres et suites.

La plus grande arène de la planète Xitragupten, ce trouve aussi à ce niveau.
Elle peut accueillir 10.000 personnes et la fosse ou se déroulent les combats mesure 100 mètres de coté.
Sous la surface de la fosse se trouve de nombreux mécanismes animés par des forces magiques permettant de transformer le terrain de combat de nombreuse manières pour varier les types d'affrontement.
Les grands événements y ont lieux une fois par semaine, les duels et épreuves qui s'étalent sur plusieurs heures, voient mourir parfois jusqu'a plusieurs dizaines de méritants, et plus fréquemment une bonne centaine de bétails humains de tout type ainsi que de nombreux monstres et animaux.
Hormis celles des méritants, les dépouilles résultant des combats, servent à alimenter en viande une partie des pensionnaires du zoo, permettant des économies substantielles.
Les arènes communiquent avec le zoo, ce qui permet d'organiser plus facilement les combats en y faisant intervenir différents type de créatures.
Cette arène est la plus célèbre de la planète, et les montants des paris qui y sont pris au cours des combats se chiffrent en millions de pièces d'or.
Il peut arriver que de grands combats de méritants soient organisés pour régler des différents, évitant ainsi une guerre qui aurait été beaucoup plus coûteuse si elle avait eu lieu de manière conventionnelle.
Les carnages qui ont lieu dans les arènes et les dizaines de carcasses d'animaux utilisées chaque jour pour l'alimentation des créatures du zoo, gênèrent de nombreux ossements dont les plus intérresants sont conservés pour être vendu dans un entrepôt prévu à cet effet, aux nécromanciens.
De mêmes, ils peuvent y acheter des cadavres entiers ou en morceaux, pour fabriquer des morts-vivants ou des golems de chair.
Cet entrepôt est connu sous le nom de "petite boutique des horreurs".

C'est aussi à ce niveau que se trouvent les accés "officiels" aux dangereux système d'égouts qui courent sous Xitragupten, accès très sécurisés, moins pour empêcher des individus d'y rentrer que pour empêcher les créatures qui les ont colonisés, comme notamment les Concombres de merde ou encore les étrangleurs des sanitaires d'en sortir

Une des entrée officielle des égouts de Xitragupten
Une des entrées officielle des égouts de Xitragupten.

Lieux spécifiques

-Zoo biotopes terrestres
-Zoo biotopes marins.
-Boutique à familier
-Auberge "Le chaos m'a touché du doigt" 3*
-Arènes
-Entrées officielles dans le réseau des égouts
-"La petite boutique des horreurs" ventes de squelettes et de cadavres pour nécromanciens.

Accés entre les étages
A l'étage : Oui
Supérieur : Oui
Inférieur : Oui

Niveau -2 - Zoo (forêt noire) - 3km carré

Un des dix biômes de la fôret noire reconstitué
Un des dix biomes de la forêt noire reconstitué.

Ce niveau abrite la partie du zoo reconstituant un certain nombre des écosystèmes propres aux forêts noire.
Cette section est massive, elle présente 10 des biomes des forêts noire sur les 32 connus, ainsi que les environnements pour un certains nombre de créatures souterraines et un biome typique d'une forêt de champignon.
L'entretien de la faune et de la flore de cette partie du zoo, est de loin la plus dangereuse, car chacune des divisions s'étend sur de grandes surfaces et l'hostilité de ses habitants, qu'ils soient d'origine animale, végétale ou autre est forte.
L'alimentation qu'une grande partie des pensionnaires, a une composante carnée forte, souvent il est nécessaire que celle ci soit vivante car certaines créatures ne consomment pas de viande morte, et dans le cas des vers de Zim qui ne se nourrissent que de chair humaine, une douzaine de bétails humains leurs sont fournis chaque année.

La salle abritant le biome standard des forêts noire est le plus grand, et s'étend sur 1 kilomètre carré.
En son centre se trouve un parasol noir, arbre conscient, à la frontière du monde végétal et de la mort-vivance.
Ces végétaux titanesques, sont à l'origine de l'existence des forets noire, ils sont aussi craint que respectés, ayant quasiment un statut d'entité, et ils ont une place spéciale dans les sciences de la nécromancie.
Ce sont eux et l'enchevêtrement de leurs épaisse canopées, qui crée ces milieux extrêmement hostiles.
Pour celui présent à ce niveau, l'expansion de ses branches et de son tronc est limité par l'espace, mais pas celle de ses racines qui s'enfonceraient profondément à travers les niveaux inférieurs du pylône et au delà.
Le temple de la mort qui se trouve au rez-de-chaussée du pylône et qui aurait un accés s'enfonçant profondément dans les profondeurs du pylône passerait par ses racines.
C'est aussi à ce niveau que se trouvent la majorité des "orgues de Beholder", nom donné à leur habitat à l'architecture spéciale, il y en à neuf en tout répertorié.
Ce niveau est le derniers accessible sans restrictions, ceux du dessous ont un accés fortement réglementé.

Lieux spécifiques

-Zoo biotopes de foret noire.
-Orgues de Beholder

Accés entre les étages
A l'étage : Oui
Supérieur : Oui
Inférieur : fortement réglementé

Racines du Parasol noir sous Xitragupten
Racines du Parasol noir sous Xitragupten.

Niveau -3 - Silos de la déchéance d'entités - Racine du parasol noir et élevage de CHUD - 2,5 km carré

Ce niveau a l'accés très réglementé, abrite le silos dans lequel se trouve la déchéance d'entitée que détient le pylône, et lui sert à faire disparaître de manière définitive les ennemis gênants ainsi que pour faire pression pour le paiement des fortes rançons demandées pour les prisonniers en sa possession.
Des rumeurs persistantes laissent sous-entendre que la guilde du pylône "mort et résurrection", y aurait aussi accès, dans le cadre d'un accord de "bon voisinage" entre les autorités et la guilde.

Les trois quarts de cet étage sont occupés par l'élevage de CHUD que gère le pylône et qui est le plus important du monde Xitraguptennien, il compterais plus de deux mille créatures.
L'élevage est un labyrinthe circulant au milieu des racines du parasol noir qui se trouve dans le niveau supérieur dans la zone du Zoo du biome des forêts noires.
L'élevage est "auto-suffisant" et s'auto régule par cannibalisme.
Des sas leur permettant d'atteindre les égouts sont de temps en temps ouvert quand la prolifération de créatures, notamment les cafards géants est trop grande.
Des lots sont aussi régulièrement vendu, grace à certains modèles des célèbres Powke ball, pour pouvoir être relâchés dans des environnements ou la multiplication de nuisibles comme les Morlocks ou les mites est trop important.
Ce labyrinthe grouillant de CHUD est aussi parfois utilisé, contre autorisation et rémunération des autorités, comme lieu de défi entre méritants aventuriers, qui parient qu'ils pourront le traverser en moins de 3 heures.
Ce exploit est comme ont peut l'imaginer, très risqué, il a lieu une a deux fois par an, et le taux d'échec est de plus d'un tiers.
Cet événement nommé tout simplement "le CHUD" est l'objet de nombreux paris d'un montant total assez conséquent.
Anciennement, avant 1458, a l'emplacement de l'actuel élevage de Chud se trouvait la grand nécrothèque du pylône, mais il apparut, les plaques s'ajoutant sans cesse, que la place allait très vite manquer.
Il fut alors décidé de transférer l'intégralité de la nécrothèque dans les niveaux 51 et 52 du pylône qui étaient occupés par le gigantesque palais de l'Empereur Knoss.
A la chute de ce dernier, les lieux entièrement dévastés par les combats furent réquisitionnés par les nouvelles autorités en place, et aménagé pour ce nouvel usage.
Il est clair que d'ici 2 à 3 siècles ces deux niveaux seront eux aussi saturés, et que à ce moment là, l'élevage de Chud sera alors sacrifié et l'endroit reprendra alors sa fonction initiale.

Lieux spécifiques

-Silos de la déchéance d'entité.
-Racine du parasol noire et élevage de CHUD.

Accés entre les étages
A l'étage : fortement réglementé
Supérieur : fortement réglementé
Inférieur : Interdit sauf autorisation spéciale

La nécropole sous Xitragupten
La nécropole sous Xitragupten.

Niveau -4 - "La nécropole sous Xitragupten" - Premier niveau des collecteurs des égouts - 2,5 km carré

La plus grande partie de ce niveau est occupé par ce qui est appelle "La nécropole sous Xitragupten" qui est l'antique cimetière du pylône, datant d'avant la guerre contre les primordiaux.
La date la plus récente qui a été trouvées sur l'un des mausolées remonte à "4 200 depuis
Chaugnar Faugn" ce qui correspondrais approximativement à 14000 ans après la prise de contrôle de l'univers Xitraguptennien par les grands anciens et 1800 ans avant la guerre contre les primordiaux.
Mais un certain nombre de tombes semblent plus récente, et pour une raison inconnue, pendant les derniers siècles de l'utilisation de l'endroit, plus aucune date n'était inscrite, mais a leur place, les symboles de l'expérience ou du temps.
La plus vieille datation est de 10320 après le retour des grands anciens, soit presque 12 000 ans, mais il est certain que le lieu est beaucoup plus ancien, car de nombreuses tombes sont tellement usées par le temps qu'aucune inscription n'y est plus décelable.

Cette "Nécropole sous Xitragupten" est un large labyrinthe de plateforme et d'escaliers qui desservent des chambres funéraires où se trouvent un ou plusieurs mausolées de différente tailles, dont la finesse des sculptures reste assez visible malgré le travail du temps.
Ce type de lieu, nécropole, catacombes, cimetière, n'existe plus chez les méritants depuis avant l'invasion des primordiaux, ou les coutumes d'ensevelissement, d'embaumement, et autres rituels ont été abandonnés progressivement au profit de la crémation et la destruction intégrale des corps, et les nécrothèques se sont substituées comme lieux de souvenir.
La fin de la pratique de la conservation des corps aurait différentes origines, mais la principale est du à l'usage relativement répandu de la nécromancie dans la société, ce qui était source de problèmes importants.

Ce lieu est aussi appelle dans des textes anciens "La nécropole de crânes et de bougies" car la coutume de l'époque, quasiment disparue depuis, consistait à se faire inhumer avec ses bétails humains et familiers favoris.
Si ces derniers trouvaient souvent place dans la tombe de leur maître, ou dans une tombe dédié, les bétails humains eux, étaient sacrifiés aux pieds de la tombe et laissé là tel quel après une préparation et un rituel plus ou moins sommaire.
Cette pratique explique la présence de nombreux ossements, majoritairement d'humanoides, il s'y trouve aussi ceux de familiers, d'animaux et de monstres.
Plusieurs dizaines de milliers de bougies magiques isolées ou par grappes éclairent faiblement l'endroit qui reste pour sa plus grande partie dans une obscurité complète.

Bien évidemment les histoires, rumeurs et autres légendes sur cet endroit sont nombreuses, notamment au niveau de sa dangerosité, du fait de la présence supposée de puissants et très anciens mort vivants, ainsi que des pièges toujours actifs qui protégeraient encore certaines tombes.
D'aucun parlent de trésors fabuleux qui seraient encore a trouver, mais la peur du danger, du blasphème avec les malédictions possibles que cela pourrait attirer, calme les téméraires, d'autant plus qu'il semble de notoriété publique que depuis le temps, il n'y aurait quasiment plus rien à récupérer hormis des ennuis.
Certains groupes d'aventuriers qui ont la confiance des autorités sont de temps en temps envoyés dans l'endroit pour patrouiller et vérifier que "tout est en ordre".

Entrée de la tombe de Kron Tsan Tchorg
Entrée de la tombe de Kron Tsan Tchorg.

Certaines tombes de célébrités se trouvent dans cette nécropole, notamment celles de :
-Oxanat, sans doute une puissante magicienne qui créa et développa il y a plusieurs milliers d'années avant l'invasion des primordiaux, les Zoids, machines de guerre, d'une importance vitale dans la pluspart des guerres.
-Domingo de Santa Clara, le plus puissant nécromancien qui aurait jamais existé.
-Gonshi Bilif, un très haut prêtre du culte de Chtulhu.
-Une tombe titanesque mesurant 300 mètres de long sur 70 de large et 50 de haut, abrite la dépouille d'une entitée dont le nom a moitié effacé commence par "Uuraltd", il semblerait qu'il s'agisse de Uraltdämon Faulherz, une entitée, monstre, bête de guerre, son statut n'est pas clairement défini, qui est citée dans deux ou trois textes obscurs ayant survécu à l'Orden "Xitragupten année 0", mais leur authenticité reste sujette à caution.
-Kron Tsarn Tchorg, nécromancien fondateur de l'Orden du Zoos Nécromant.
Mais les histoires, pouvoirs, niveaux de toutes ces personnalités restent des suppositions, comme tout ce qui concerne ce qui s'est passé avant la guerre contre les primordiaux.

C'est aussi a ce niveau dans des zones isolées que se trouvent l'avant dernier niveau des égouts du pylône, qui finissent et disparaissent dans le niveau inférieur.

Accés entre les étages
A l'étage : Interdit sauf autorisation spéciale
Supérieur : Interdit sauf autorisation spéciale
Inférieur : Interdit sauf autorisation spéciale, lieu d'accés connus d'une poignée d'individus seulement

Égouts principaux du pylône de Xitragupten
Égouts principaux du pylône de Xitragupten.

Niveau -5 - Deuxième et dernier niveau des collecteurs des égouts - 2,5 km carré

Ce niveau est entièrement occupé par le plus profond et dernier niveau de collecteurs des égouts.
Comparativement aux niveaux au dessus de lui, en tous cas pour les niveaux inférieurs, très peu de ce réseau relativement complexe est directement taillé dans la roche magique du pylône.
C'est aussi le dernier niveau en parti creusé dans le socle de la roche mère du pylône.
Presque tout est massonné, en partie par des pierres, briques, linteaux et autre éléments de construction récupéré au niveau inférieur dans la ruine de la cité archaïque qui se trouvait à l'emplacement du pylône avant l'apparition de la masse rocheuse spéciale dans laquelle il a été creusé, écrasant selon toute vraisemblance l'ancienne cité, il y a maintenant plusieurs milliers d'années, beaucoup pensent que cela eux lieu il y à 14.000 ans, lors du retour des grands anciens dans cette zone de l'univers.
Sur certains de ces matériaux de récupération, mêlés aux éléments plus récents, des inscriptions sont parfois encore lisibles, notamment des références aux anciens cultes panhumanistes ou assimilées qui ont tous depuis disparu avec la destruction de leurs dieux.
Étant donné la masse colossale à supporter mais surtout l'usure du temps et l'écoulement des eaux usées parfois toxiques, chimiques, voir magiques, les constructeurs de l'époque ont lancés de puissants sortilèges sur les structures du niveau, les rendants ainsi insensible à l'usure quelque soit sa nature.
Certaines éléments généré clairement magiquement, constituant des pièces unique et massives faisant des milliers de mètres cubes, sont mêmes des reliques, aux pouvoirs plus ou moins bien identifiés.
Ce labyrinthe est donc quasiment en parfait état de conservation, l'ensemble des surfaces de la structure a été colonisé par une moisissure de couleur verdâtre..
Des cubes gélatineux y sont de temps en temps réintroduits pour limiter la prolifération de celle-ci ainsi que celle des différentes vermines se multipliant facilement dans ce type d'environnement.
Le Green slime est un problème pour cet endroit, car il arrive parfois qu'il s'en crée spontanément, chose qui à priori n'arrive nulle part ailleurs, ce qui fait penser à beaucoup, que ce lieu est à l'origine de cette matière extraordinairement dangereuse.
Certains des boyaux des égouts sont cerclés de larges bandes de cuivre pour ralentir autant que possible le développement du green-slime qui craint ce métal.
Les eaux usées qui s'écoulent dans des cavernes de rivières souterraines à proximité du pylônes sont régulièrement scrutées par des groupes d'aventuriers mandatés par les autorités pour détecter si les égouts sont envahit par le green slime, ce contrôle est effectué une à deux fois pas an.
Si l'infestation est constaté, des groupes d'un certain niveau sont envoyé dans le réseau pour y éliminer la menace et y réintroduire des cubes gélatineux, qui en général auront été détruit par ce mal.

La grande salamandre de Hung, espèce endémique des égouts du pylône de Xitragupten
La grande salamandre de Hung, espèce endémique des égouts du pylône de Xitragupten.

La grande salamandre de Hung
Hormis les créatures habitant habituellement les égouts du monde Xitraguptennien, il se trouve une espèce endémique à ceux du pylône, c'est la grande salamandre de Hung (ou de Gamey selon certains textes plus rare).
Du nom supposé de son ou sa créatrice ou de son découvreur, elle ne se trouve qu'ici et son origine est inconnue.
Elle est probablement le résultat d'une mutation des salamandres géantes que l'on trouve aussi parfois dans les égouts, sa mutation est semble-t-il autant dû a son adaptation à son environnement que sa constante exposition sur de longues périodes à l'aura magique des lieux, car de toutes les espèces qui peuple les égouts, elle est celle qui a la plus grande espérance de vie, qui peut dépasser deux siècles.
Ses particularités, hormis sa couleur blanchâtre, est son extraordinaire resistance à la magie, son incroyable dextérité, ainsi que sa longue queue flexible dont une bonne partie est entièrement osseuse et extrêmement tranchante, elle l'utilise comme arme, et qui lui permet de combattre et détruire les cubes gélatineux, elles ont ainsi un rôle important dans la limitation de la prolifération de ces derniers.

Accés entre les étages
A l'étage : Interdit sauf autorisation spéciale
Supérieur : Interdit sauf autorisation spéciale
Inférieur : Interdit sauf autorisation spéciale, lieu d'accés connus d'une poignée d'individus seulement, dernier niveau géré au niveau des accès.

Les restes de la ville broyée
Les restes de la ville broyée.

Niveau -6 - Ville panhumaniste broyée, d'avant le retour des grands anciens et d'avant le pylone

Ce niveau abrite les ruines écrasées d'une citée au nom oublié, que certains pensent pouvoir nommer 'Oprine', 'Anssey' ou encore 'Palanthas'.
Elle daterais d'avant le retour des grands anciens et de l'apparition des pylônes qu'ils amenèrent avec eux, car les observations et études faites par les historiens, géologues et autres architectes concluent tous par le fait que le pylône de Xitragupten et sa masse de plusieurs pétagramme, à atterrit, est apparu ou s'est "posé" sur l'ancienne ville la broyant quasiment complètement et l'enfonça à presque un kilomètre sous le niveau du sol, ou elle se trouve actuellement.
La surface de la cité dépasse celle du socle du pylône, mais elle a été écrasée et enfouie dans son intégralité, l'on pense donc qu'un processus magique et, ou divin ont été à l'oeuvre et non pas seulement un processus purement physique.
La très grande majorité de l'antique ville, a été bien évidemment réduite à l'état de gravats, si ce n'est de gravier ou de sable, mais dans le dédale des tunnels traversant ce niveau, il est encore possible de voir par endroits des pans de mur, de très partiels restants de bâtiments, voir des vestiges plus parlant, dont le plus célèbre est la gigantesque tête de statue surnommée "la déesse déchue".
Le "plan" de ce niveau est étonnamment stable et ne semble pas évoluer, ou en tous cas le fait de façon extrêmement lente, des cartes plus ou moins précise de l'endroit peuvent se trouver relativement facilement si l'on a les bon contacts, car l'accès au niveau et par conséquent la possession de son plan est interdit.
Les tunnels qui percent l'endroit sont en parti naturel, crée par érosion du temps mais encore plus par celui de l'eau, car des rivières souterraines y passent et parfois se mêlent aux eaux usées des égouts du pylône qui s'y déversent.
Mais une partie des tunnels et cavités ont été crée par les premiers habitants du pylône qui sont venus se servir en matériaux de constructions pour édifier notamment le niveau du dessus, celui des égouts principaux.
Comme pour le niveaux supérieur, l'intégrité des lieux est maintenue par des puissants sorts magique, mais l'aura est différente et est parcouru d'une faible, mais sensible présence "panhumaniste", très probablement un reliquat des habitants de l'ancienne citée.
Étrangement, contrairement aux égouts du niveau du dessus, celui-ci est extrêmement peu colonisé par la moisissure, et de ce fait ne demande pas d'intervention de cubes gélatineux que l'on trouvera donc très rarement, et le green-slime ne s'y développe pas non plus, y dépérissant très vite comme l'on montré les expériences essayant de l'introduire de force.
Les créatures habitant ce niveau, sont comparativement a celui du dessus beaucoup moins nombreuses, et sont les résidants classiques des cavernes profondes, comme les carrions Crawler, ou les lézards souterrain géant, mais l'on n'y trouvera pas de gros fouisseurs comme les Chtoniens ou les vers pourpres.

Le vestige le plus célèbre du lieu, la tête de la déesse déchue
Le vestige le plus célèbre du lieu, la tête de la déesse déchue.

La déesse déchue et autres vestiges
Parmis les vestiges encore identifiables de l'ancienne cité, le plus renommé se trouve dans la cavité de loin la plus importante du niveau, sont les restes d'un temple d'un culte panhumaniste disparu.
On y trouve la tête et un morceaux d'épaule d'une sculpture colossale de la déesse qui y était vénérée, et sont les seules parties qui ont survécu, le reste ont été quasiment complètement anéantis.
Le nom de cette divinité est inconnue, même si des noms circulent, elle est nommée "la déesse déchue".
La tête de nature féminine, mesure une trentaine de mètres de diamètre et repose presque face contre sol, la où elle tomba il y à plus de 14.000 ans.
Elle était recouverte d'or et d'une mosaïque de Lapis Lazuli, ce revêtement à quasiment entièrement disparu, certaines partie en restent couvert, mais la difficulté d'extraction en plus de la faible valeur potentielle qu'il en découlerait, sans compter les histoires de malédictions qui frapperais les pilleurs, font que les reliquats de cette somptueuse décoration, restent inviolés depuis des milliers d'années, se dégradant lentement sous l'effet de l'usure du temps.
D'autres emplacements plus ou moins célèbres sont connu, comme "la grande fontaine" ou encore "le couloirs des végétaux", mais ils sont beaucoup moins massifs et représentatifs de ce que a pu être cette cité.
Les vestiges de cette cité sont plus nombreux au niveau du dessus du fait de leur récupération et utilisation pour "architecturer" le niveau.

Des charniers survivent au passage du temps grace à l'aura magique qui nimbe les lieux
Des charniers survivent au passage du temps grace à l'aura magique qui nimbe les lieux.

Les charniers sacrificiels
L'élément le plus intriguant et marquant du niveau pour les rares personnes y étant passées, est le nombre d'ossements humains qui jonchent les boyaux les plus anciens.
Plusieurs dizaines de milliers de restes humains, quasiment insensibles à l'usure du temps sont observables à de nombreux endroits.
Ces reliques macabres ne sont pas les restes des habitants de la cité, tués pendant l'anéantissement de celle-ci, car il n'aurait rien dû rester de ceux-ci, mais selon toute vraisemblance sont plutôt les témoins de sacrifices humains massifs ayant eu lieu juste après la disparition de celle-ci.
Car si l'on observe de plus près les ossements, il apparaît clairement que tous sont morts par décapitation, et la pluspart des ensembles de squelettes qui n'ont pas été dispersés, montrent qu'ils avaient les mains attachés dans le dos.
Il semblerais selon le scénario le plus plausible, que les habitants panhumanistes de la cité ayant réussir à fuir avant sa destruction, auraient été capturés par les méritants, et ramené dans les rares endroits encore accessibles pour y être mis a mort.
Le raison profonde de ce sacrifice de masse et surtout de sa mise en oeuvre assez compliquée, reste soumise à de nombreuse conjectures.

Accés entre les étages
A l'étage : Théoriquement interdit sauf autorisation spéciale
Supérieur : Interdit sauf autorisation spéciale, lieu d'accés connus d'une poignée d'individus seulement, premier niveau géré pour les accès vers les niveaux inférieurs.
Inférieur : Lieux d'accés connus d'une poignée d'individus seulement, mais potentiellement trouvable au bout de quelques heures de recherches souvent périlleuses.

Restes des catacombes panhumaniste
Restes des catacombes panhumaniste.

Niveau -7 - Catacombes de la ville panhumaniste broyée, d'avant le retour des grands anciens et d'avant le pylone

Comme le niveau du dessus, celui-ci abrite quelques restes des immenses catacombes qui courraient sous la cité écrasées.
De celle-ci il ne reste quasiment rien, plus que la ville du dessus, la majorité de ses salles, couloirs ont été détruits, et ce qui ne le fut pas, fut prélevé au cours des siècles et ils est possible d'observer dans certaines résidences de très riches méritants, des reliques de cet endroit, sous forme de fragments de fresques, morceaux de sculptures ou éléments du riche sol, qui sont les seuls vestiges encore visible dans les quelques corridors ayant survécu.
Beaucoup de fragments usées d'ossements peuvent aussi être trouvés, mais plus rien qui n'ai véritablement de la valeurs, tout ayant été prélevé.
Certaines galerie de mines sont visible, vraisemblablement creusées pour essayer de récupérer ce qui pouvait l'être, mais selon toutes vraisemblance, devant la dangerosité de cette activité et apparemment le faible retour sur investissement par rapport a l'effort fourni, fait qu'il est dit qu'aucune galerie récente n'existe, les dernières datant d'avant l'invasion des primordiaux.
De toutes façons l'accès de l'endroit étant strictement interdit, ce type d'activité n'as pas lieu d'être.
Curieusement, le niveau du dessus, potentiellement infiniment plus riche en terme de découvertes possibles et de veines a fouiller, comporte beaucoup moins de ces galeries, mais les rares existantes sont beaucoup plus larges et haute, c'est notamment le creusement d'une de ces veines qui permis de découvrir la salle de la "déesse déchue".

Accés entre les étages
A l'étage : Théoriquement interdit sauf autorisation spéciale
Supérieur : Lieux d'accés connus d'une poignée d'individus seulement, mais potentiellement trouvable au bout de quelques heures de recherches souvent périlleuses.
Inférieur : Lieux d'accés connus d'une poignée d'individus seulement, mais potentiellement trouvable au bout de quelques heures de recherches souvent périlleuses.